WRECKMYFLOW

Je suis toujours nulle en HTML.

05 octobre 2010

"C'est pas parce que c'est vintage que c'est beau"

Un boloss tape "popolo popolo foals lyrics" en mot clé, les gens se déchirent par URL interposées, papa est au salon de l'auto, maman au boulot, mon frère et ma copine sont en cours, et moi je suis au lit à 13h17, désespérément seule, en me demandant si aujourd'hui je perds encore mon temps à envoyer 30 candidatures qui resteront sans réponse comme tous les jours depuis un mois, ou si je fini la saison de Dexter, ou si j'approvisionne mon Tumblr, ou si je continue à faire des listes sur Sens critique (d'ailleurs j'ai 72 invits encore, donnez vos mails en commentaire, pitié), ou si je daigne enfin faire une review digne de ce nom pour le site du Blond. La joie d'être démotivée quoi. Du coup bin je viens trainer là, en espérant savoir quoi raconter avant la fin de la journée. Ah tiens je sais, je vais parler des Amours imaginaires. Ah et je vais spoiler à mort, fais gaffe.

Je dirai pas que c'est un chef d'oeuvre parce que je saurai pas différencier un chef d'oeuvre d'un film juste bien, mais Xavier Dolan doit pas être loin d'en avoir pondu un en tout cas. Nombreux sont les gens qui ont tout de suite voulu mettre le doigt sur les références pas très subtiles à Almodovar, ou Christophe Honoré mais faut pas s'arrêter à ça. Il a choisi un thème classique, un triangle amimoureux avec en tête un connard bogosse qui fait croire que oui mais en fait non. On a tous et toutes connu ce connard ou cette connasse qui t'a fait miroiter des réveils chaleureux alors que non, c'était juste un connard/une connasse. D'ailleurs jusqu'à mes 17 ans ça a été que ça perso, enfin un peu après aussi. Bref, là n'est pas la question. Donc, le connard bogosse, appelons-le Nicolas puisque c'est son nom, flirte violemment avec Francis, pédé de son espèce et meilleur ami de Marie, meuf "vintage" avec qui Nicolas fricote aussi, qui est sensée avoir 25 ans mais qui en parait 15 de plus. Bon les deux du coup sont en compétition pour conquérir le coeur du blond Nicolas mais il se trouve que comme c'est un connard il va faire genre "ah mais moi j'ai rien fait, c'est vous qui vous faites des idées, azy je vais vous éviter maintenant et vous laisser pleurer dans votre coin". Le connard est lâche en plus, sinon c'est pas drôle. Et bien entendu le connard revient comme si de rien n'était quand la tempête s'est calmée. Dans la vraie vie, toi lecteur et toi lectrice tu y serai retournée parce qu'"on sait jamais" mais là Francis et Marie se rebellent... pour finalement s'enticher d'un autre connard qui les fait chavirer en un clin d'oeil (et c'est pas une image). 
Je suis d'accord pour dire que concrètement y'a pas de grandes actions dans ce film, mais ça représente tellement bien la réalité, tout le monde peut s'y retrouver à un moment ou à un autre. C'est même troublant par instants. Pis les petits passages en québécois c'est de l'or en barre. Surtout avec la simili Nana Mouskouri geek.
Donc voilà, j'y ai mis 8 (au début j'y avais mis 9 mais j'ai pris un peu de recul, faut pas déconner), un joli 8 bien mérité. Tant pis pour les blasés qu'ont pas aimé, peut-être qu'ils sont les connards du films dans la vraie vie, on sait pas, ils ont peut-être été vexés qu'on les dépeigne comme ça. 

Bon je crois que c'est tout. Il fait pas beau et je sais plus comment m'habiller. Et avis aux éventuels employeurs qui passeraient par là : je cherche toujours un joooob, je sais faire plein de choses et j'apprends vite, embauchez moi vite sinon je risque pas de partir en retraite avant mes 150 ans ! 

 

tumblr_l4zrbc6ZrG1qaorgxo1_500_large

Posté par wildlife à 13:53 - Cinecinema - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Moi je veux bien une invit' pour Sens Critique (grassi.fabien@gmail.com), histoire de déblatérer des choses sans intérêts...

    Sinon, je suis plutôt d'accord avec toi, la référence à Almodovar n'est pas subtile et encore moins justifiable...

    Bref, allez, see you !

    Fabien

    Posté par Fabien, 12 octobre 2010 à 15:47
  • Au début je me suis reconnue, avec le truc du tard au lit et encore mieux les 30 candidatures sans réponses, pis après tu parles des amours imaginaires et je me suis dit, c'est pas possible il faut que je laisse un commentaire du genre: sors de ma tête.

    Posté par clara, 17 octobre 2010 à 01:18

Poster un commentaire