WRECKMYFLOW

Je suis toujours nulle en HTML.

23 mars 2011

I'm bored of cheap and cheerful

Mardi 22 mars 2011, 20h13, Flèche d'or, The Kills. J'arrive, c'est blindé de twittos, de bobos, de groupies, et la salle transpire déjà à grosses gouttes alors que le concert n'a même pas encore commencé. J'arrive à croiser des copains et des grosses putes ; puis Kate Moss fait son arrivée pseudo discrète, annonçant l'entrée imminente des Kills sur scène.
Ils commencent avec Future starts slow, ouverture lancinante de leur nouvel album Blood Pressure (qui, comme chaque nouvel album qui se respecte, a déjà leaké). Ca se passe, on est contents, VV a une touffe ébène à la Afida Turner, Hotel sue déjà comme un porc mais a définitivement la classe anyway. Chose étonnante que je n'avais jamais remarquée, il joue sans mediator. C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup (ou pas). Ils enchainent avec Satellite, que j'aime pas, ouèouè, j'sais pas je la trouve "trop" folk. Heart is beating drum arrive, suivie par No wow, à laquelle personne ne s'attendait visiblement. Ca a réveillé tout le monde, le public s'est arrêté d'être mou du genou, et s'est enfin donné la peine de se montrer vivant. Puis paf, un Kissy kissy de derrière les fagots. C'est une de mes chansons préférées des Kills alors évidemment j'étais jouasse, et là je me disais "oh tiens si ça s'trouve, ils nous ont fait croire qu'ils joueraient que leur dernier album pour en fait faire un concert normal, avec leurs chansons oufs", et bah non. Ils ont entamé DNA puis Baby says, puis la ballade relou en piano/samples de violon/voix The last goodbye. Ca m'a achevé, je suis sortie de la fournaise 2 minutes. Y'avait des passages très très bons à ce concert, mais d'autres vraiment relou, comme par exemple LA ballade.
En rappel ils nous ont fait Fried my little brains (aka une des chansons ultimes des Kills) et Sour cherry, qui envoie du bois quand même, comparé à ce que j'en avais vu à la dernière tournée.

En bref, un concert à moitié chiant, plus aucun jeu entre les deux guignols, chacun est resté trop sagement de son côté de la scène, en se regardant à peine. Alison fait de plus en plus sa poseuse (je pensais que c'était juste pour ses gigs avec les Dead Weather mais non), à jouer avec ses veuchs (qu'on veut toutes, avouons-le) et à bouger son corps de façon quasi épileptique. Bref, pas mal déçue.

J'ai envie de dire, heureusement qu'on a Rebecca Black pour sauver la scène musicale actuelle (en vrai, mon report de Gang of four arrive bientôt, je le pauffine).
Bon sinon, je me fais littéralement harceler par un certain J., qui veut que j'enlève son nom d'un article écrit ya 3000 ans. Note que je mets que J. parce que j'ai peur des représailles. Cher J., sache que je ne check pas les commentaires de mon blog chaque jour, que c'est pas la peine de m'envoyer des mails et autres, ça t'aidera pas. Bisous !

the_kills

Posté par wildlife à 12:56 - Musique - review - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire